Atelier bouturage

Le bouturage

Le bouturage est une méthode de multiplication végétative à l'identique : l'individu obtenu sera une copie (clone) de l'original, au niveau génétique. Très simple à réaliser, peu coûteux, favorisant les échanges, à pratiquer sans modération !

Fiche conseil

Pour une synthèse rapide, nous pouvons recommander la lecture de la fiche http://www.terre-humanisme.org/IMG/pdf/Fiche_Peda_11_Le_bouturage.pdf : ces deux pages vous donneront les méthodes de base et un calendrier.

Autres méthodes de multiplication végétative

D'autres méthodes de multiplication sont traditionnellement utilisées :

  • division de touffe ou de souche, en général pour les plantes qui font plusieurs pousses (iris, nénuphar, oseille, rhubarbe, ...)
  • marcottage, naturel (par exemple les fraisiers, qui émettent des stolons prenant naturellement racine), ou par couchage, en recourbant un rameau jusqu'à terre et en enterrant une partie jusqu'à ce qu'il prenne racine
  • prélèvement de drageons, c'est-à-dire de rejets issus d'une racine de la plante-mère, plus ou moins proche de celle-ci (lilas, prunier, framboisier, ...)
  • le greffage, une méthode plus technique

Atelier bouturage du 8 septembre 2012

Au Jardin de La Loutre, nous avons mené un atelier bouturage sur les conseils de Sylviane le 8 septembre 2012, sous un beau soleil estival. Confortablement installé à l'ombre des pommiers, plusieurs bouturages ont été menés.

 

Un précédent atelier avait eu lieu en août par Jean.

Le premier bouturage testé est réalisé sur du fuschia. Cette belle fleur se prête très facilement à cette méthode de multiplication.

Elle se fait en bouture simple, sur une extrémité de tige. Sur l'image de gauche, vous pouvez voir nos boutures (pot de gauche), comparée à une bouture réalisée par Sylviane en juillet (pot de droite), qui fait déjà des fleurs.

Sur l'image centrale, la bouture prendra mieux si on la fait à l'étouffée : on place la bouture dans un milieu confiné, sous une cloche, une bouteille plastique, voire dans un sac plastique ! Il faut prévoir un minimum d'aération pour éviter le pourrissement. Cette technique crée une atmosphère humide qui évite l'assèchement des rameaux prélevés.

Et maintenant, une séquence de bouturage de ???. Nous utilisons un mélange de terre de jardin et de compost pour planter la bouture.

Le romarin, comme la lavande, se multiplie bien par bouturage. Nous testons ici un bouturage à talon, en arrachant manuellement une petite branche latérale (tirer vers le bas de la branche principale) et en prélevant ainsi un bout d'écorce de la branche principale.

Au cours de l'après-midi, nous réalisons aussi des boutures de sureau, un arbuste à fruit idéal pour attirer des oiseaux dans les haies.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site